vendredi 2 décembre 2016

Prendre le temps, un nouveau luxe?

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Ça y est! Décembre est là, avec ses décorations de Noël dans les rues, ses jolies promesses de fêtes et ses missions top secrètes "à la recherche de précieux cadeaux à offrir". Oh, joie

Aujourd’hui, je vous reviens avec un article concernant ce que je considère comme notre cadeau le plus précieux, ni plus, ni moins : le Temps.
Alice : De l'autre côté du miroir













Depuis plusieurs mois, je travaille en centre-ville, et je remarque au quotidien que les gens courent (littéralement - c'en est presque drôlede plus en plus "pour ne pas perdre de temps". Que ce soit en sortant du train, en poussant le chariot des courses, en se présentant au guichet de la poste, en faisant la file à l'entrée d'un spectacle ou, plus flagrant encore, en conduisant : tout doit aller vite. Le plus vite possible. Sinon, on peut sentir l'agacement poindre à des kilomètres (vous savez, ce petit regard sympathique qui semble nous dire : "Si tu ne te grouilles pas, je te fais avaler tout le contenu de ton chariot de courses par le nez"). 

Or, d'une part, je n'ai pas l'impression que se presser ainsi permette vraiment de gagner du temps (cinq minutes, tout au plus). D'autre part, je remarque que ce précieux temps est souvent utilisé pour courir autre part, jamais pour profiter du moment, se détendre, discuter... On entendra d'ailleurs rarement dire : "Dépêche-toi chérie, on n'a pas le temps, je dois vite rentrer à la maison pour me détendre!" et plus souvent : "Dépêche-toi chérie, on n'a pas le temps, il faut encore aller à la banque, récupérer le petit et conduire la grande à son cours de tennis!"

Sommes-nous condamnés à courir? Avons-nous oublié le sens des mots "prendre le temps"? Ne devrions-nous pas ralentir?


Le monde dans lequel nous vivons est parfois épuisant, parce que nous sommes toujours en train de faire quelque chose, parce que nous devons être les plus rapides, les meilleurs, les plus productifs... au travail (où les maîtres mots sont souvent efficacité/productivité/rapidité justement, et où de plus en plus d'outils sont mis en place pour contrôler ce que chaque employé a réalisé de sa journée), mais pas seulement. J'ai parfois l'impression que nous avons oublié ce que le mot "vivre" signifie et que nous sommes toujours sous pression, occupés à répondre à toute une série d'obligations, le plus rapidement possible. 
That's exhausting!












Je ne prône pas l'oisiveté, bien sûr, et je me rends compte qu'il faut respecter certains délais/horaires, mais j'espère qu'il est encore possible qu'un juste milieu entre course effrénée et détente totale existe. Tout simplement parce qu'en fonctionnant comme nous le faisons parfois, presque à la manière de robots programmés pour réaliser X tâches par jour, il devient impossible de profiter de quoi que ce soit et d'être ouvert au monde qui nous entoure, de saisir les jolies choses qu'il nous offre. Si vous ne lui aviez pas foncé dedans pour gagner une place, cette personne vous aurait peut-être souri et entamer une conversation avec elle aurait fait passer l’attente bien plus vite. Si vous aviez montré plus d'empathie envers la pauvre caissière qui galérait à scanner tous vos articles, vous auriez peut-être embelli sa journée. En faisant tout pour gagner cinq minutes, vous êtes passé à côté de l’essentiel

Je ne vais pas m'étendre ici sur tous les effets négatifs de ce mode de fonctionnement, notamment sur la santé (stress, épuisement) et sur la confiance en soi, parce qu'on en entend déjà beaucoup parler un peu partout, mais ce sont des réalités qu'il faut prendre en compte également. Pas étonnant que les gens soient à la recherche des "méthodes bien-être" à la mode, que les magazines Psycho fleurissent de partout, ou que certaines personnes soient prêtes à débourser des sommes folles pour partir en Thalasso pour "se ressourcer", par exemple. On en est parfois arrivés au stade de devoir payer pour quelques minutes de "pure détente"... flippant, non?

Je pense qu'il faudrait avant tout essayer de se concentrer sur ce que l'on vit, plutôt que sur ce que l'on fait de son temps. Se demander comment on se sent, plutôt que ce qu'on a réalisé aujourd'hui. S'efforcer (voire se forcer) de faire au moins une chose qu'on aime par jour, ne pas se contenter de suivre ses obligations. Ne plus se mettre une immense pression pour aller le plus vite possible, mais prendre le temps de bien faire les chosesBref : ne plus parler du temps en termes de quantité, mais de qualité.

Parce qu'au final, ce qui compte et ce qu'on retient, ce sont les moments où nous nous sommes émerveillés, où nous avons souri, où nous avons appris, où nous avons rencontré, où nous avons partagé... Non? Essayons de ne pas l'oublier et, à l'approche des fêtes, consacrons notre temps à ce qui compte vraiment.



Je vous souhaite une belle journée.


2 commentaires:

  1. Très chouette article, tu as bien raison! Il faut savoir prendre son temps, ça fait toujours du bien! :D

    <3

    RépondreSupprimer